Mythe du Web no1 : la navigation de mon site doit respecter la règle des trois clics

troisclic

La supposée règle des trois clics nous dit que tous les contenus d’un site Web devraient être accessibles en trois clics maximum. Cette règle a été popularisée par Jakob Nielsen qui fut un des premiers gourous de l’ergonomie Web. Elle avait été proposée surtout pour des sites Web commerciaux qui évoluent dans un contexte de concurrence. La règle disait qu’au-delà de trois clics, le visiteur-client devient impatient et risque de quitter au profit du site Web d’un concurrent. La règle des trois clics a ensuite été répétée sans cesse dans les conférences et les articles qui s’intéressaient au développement de sites Web, si bien qu’il s’agit probablement de la règle la plus évoquée par les clients.

Il faut se rappeler que tous les sites Web ne sont pas des sites Web commerciaux en situation de concurrence. On n’a qu’à penser aux sites Web de ministères ou de municipalités. On observe aussi en faisant des tests utilisateurs que la motivation de l’internaute influence grandement la persévérance de navigation. Par exemple, on peut penser que la motivation pour trouver de l’information à propos d’une réclamation de dépenses auprès de sa municipalité sera plus grande que pour trouver les heures de diffusion d’un film. On le devine, plus la motivation de l’utilisateur est grande, moins le nombre de clics est un enjeu.

Le mythe réside dans le fait de penser que l’application de la règle des trois clics est une garantie absolue de convivialité alors que c’est loin d’être le cas! Appliquer la règle des trois clics de façon trop systématique peut même générer des problèmes de navigation pour certains sites! Plus on force la règle des trois clics, plus on risque de procéder à des regroupements de rubriques moins logiques et d’avoir recours à des titres de rubriques (qui deviendront les menus du site une fois publiés) moins éloquents, ce qui entraîne de la confusion. Ces deux éléments (éloquence des rubriques et regroupements logiques de rubriques) sont pourtant les éléments les plus importants à considérer quand on parle de convivialité.

On s’entend, trois clics c’est mieux que cinq! Mais retenons que la convivialité d’un site ne se mesure pas avec un nombre de clic. L’important est de concevoir son site en privilégiant des regroupements de rubriques logiques plutôt que «forcés» et en gardant à l’esprit les thèmes et les expressions comprises (menus) par vos visiteurs afin qu’ils puissent cheminer avec conviction vers l’information recherchée… même s’ils atteignent cette information en plus de trois clics.

Concrètement, la meilleure façon de réaliser une arborescence de contenus est d’organiser un atelier de type «tri par cartes» (les usagers réalisent eux-mêmes le regroupement des rubriques) et de tester les titres de rubriques auprès de notre public cible.

Partager cet article

Related Articles