Conférencier au Salon des communications, au Web à Québec et au Printemps des réseaux sociaux

conferences

Au cours des dernières semaines, j’ai eu l’honneur de participer à 3 événements en lien avec le numérique et les communications.

Salon des communications de Québec

J’ai agi en tant que «coach» pour un atelier de stratégie numérique. L’atelier consistait à analyser en équipe une problématique et à produire une stratégie sommaire. Ce fut une belle occasion de côtoyer la relève et de constater qu’elle est compétente, allumée et dynamique!

Web à Québec (WAQ)

À l’invitation du gouvernement du Québec, j’ai participé à un panel d’experts pour discuter de la stratégie de communication numérique gouvernementale. La formule était originale. On devait se projeter dans l’avenir et expliquer pourquoi le gouvernement du Québec avait remporté le prix de la meilleure stratégie de communication numérique. On y traitait donc principalement des facteurs de succès.

J’ai surtout insisté sur l’importance d’adopter une approche de développement centré sur l’utilisateur et sur le fait que cette approche doit être partagée par l’ensemble des intervenants impliqués. La notion du «centré sur l’utilisateur» est utilisée à toutes les sauces par les temps qui courent. Au-delà des acronymes et du vocabulaire nouveau, l’enjeu de base d’une démarche de communication demeure le même : mettre en œuvre les moyens appropriés, en fonction du public et des objectifs.

J’ai également parlé du type de mandat confié à l’équipe du Secrétariat à la communication gouvernementale. J’estime que pour réussir, on doit avoir un mandat clair, connu et respecté. J’apportais aussi la nuance importante entre un mandat de type agence et un mandat de type instance. Un mandat de type agence implique que l’équipe réalise des «commandes» provenant de clients internes, un peu comme le ferait une agence externe. Un mandat de type instance est différent dans la mesure où l’équipe identifie d’abord les besoins et détermine ensuite la nature du livrable à produire, en fonction de la stratégie gouvernementale. On devine qu’un mandat de type instance comporte des enjeux d’adhésion considérables, d’où le besoin d’avoir un mandat clair, connu et respecté.

Printemps des réseaux sociaux

Finalement, j’ai participé à l’événement «Printemps des réseaux sociaux» qui se tenait au Musée de la civilisation. J’y ai raconté la mise en place et le développement de la stratégie de médias sociaux de l’Université Laval. J’ai axé ma présentation sur le cadre stratégique employé et sur les quelques leçons apprises en tant que gestionnaire du numérique à l’Université Laval.

J’ai entre autres parlé des risques associés à la «gestion par sondages». Par exemple, il est inutile de sonder vos utilisateurs pour identifier les sujets qui les intéressent le plus, pour leur demander combien de fois par semaine ils consultent les médias sociaux ou encore pour savoir quelle serait, selon eux, la fréquence optimale des publications de notre page. Une partie des réponses à ces questionnements se trouvent déjà dans vos statistiques de fréquentation et l’autre s’obtient en observant vos usagers. Il convient de rappeler que l’opinion est souvent très différente du comportement réellement observé et que la gestion des médias sociaux doit être spontanée, agile et ponctuée d’essais-erreurs.

Partager cet article

Related Articles